le transport

Voilà une question délicate: le transport des animaux en séance de zoothérapie.

Tout d’abord, chaque saison apporte ses propres contraintes. Tout le monde le sais, en été, il fait très chaud et en hiver il fait froid et il y a du vent. Comment s’organiser pour s’assurer que nos petits loulous vivent au mieux leur déplacement?

                Par nature, les animaux n’ont pas l’habitude d’être transportés. Cela peut être une source de stress ou de mauvaises conditions d’homéostat. En France, un animal est reconnu comme « un être sensible, qui doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce » (code rural, article L214.1 de la loi n°76-629 du 10 juillet 1976).

                Tout d’abord, il faut savoir qu’il y a des règles évidentes en matière de transport.

L’article R412-1 du code de la route relatif à la ceinture de sécurité :

I. – En circulation, tout conducteur ou passager d’un véhicule à moteur doit porter une ceinture de sécurité homologuée dès lors que le siège qu’il occupe en est équipé en application des dispositions du livre III.

L’article R412-6 du code de la route relatif à la maitrise du véhicule :

II.-Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l’apposition d’objets non transparents sur les vitres.

                Chaque animal doit bénéficier d’une boite de transport adapté à sa taille et à ses besoins. Par exemple, les oiseaux doivent pouvoir se percher, les octodons de doivent pas être transporter dans une boite en bois ou en plastique (qu’il pourrait ronger).

b_250_0_16777215_00_images_articles_chat_caisse-de-transport-nomad                  trixie-cage-de-transport-tp_8111163014384756074f

Les chiens peuvent être transporter soit en caisse, soit attaché avec son harnais. Ensuite, les boites doivent apporter l’aération nécessaire au bon apport d’oxygène de l’animal. Il faut aussi que l’animal puisse de lui-même réguler sa température en fonction de la chaleur ou la fraicheur extérieur.

                Ainsi, il nous a été recommandé par nos vétérinaires de ne jamais obstruer les ouvertures des boites de transport, mais de plutôt proposer à nos animaux des espaces à l’intérieur même où ils puissent se mettre au chaud (couverture, bouillote pour certaines espèces). Pour les intempéries, c’est à nous de ne pas exposer les ouvertures au coup de vent et d’avoir des boites dont le plafond est fermé. L’été, nous leur mettons à disposition des biberons remplis d’eau, changer à chaque étape afin qu’elle reste froide, ainsi que des bouteilles d’eau congelés enroulé dans une serviette, afin d’apporter de la fraicheur.

                Ensuite, la durée du trajet doit être consésidérée en fonction des capacités de l’animal. S’il ne supporte pas les trajets longs, nous n’emmenons pas ces animaux dans les résidences les plus éloignées.

                Ainsi, nous sommes toujours à la recherche des meilleures conditions de vie et de travail pour nos animaux. Nous nous retrouvons à nous adapter chaque jour à leur besoin et aux nouveaux outils à notre disposition.