Présentation

Il est très important pour notre profession de distinguer zoo-animation, la zoothérapie ou encore la zoo-pédagogie.

            Le terme d’intervenant en médiation animale regroupe l’ensemble des professionnels sans distinction d’orientation dans leur pratique utilisant les animaux auprès d’un public humain.

005

              Zoothérapie: La zoothérapie s’intéresse au bien être global de la personne. Sous forme de rééducation ou de thérapie, le zoothérapeute passe par une médiation spécifique: l’animal. Celui-ci permet une triangulation facilitant la relation.

Il ne faut pas confondre thérapeute et psychothérapeute. Un thérapeute est un professionnel qui travaille à prévenir, soulager, guérir des symptômes apparaissant chez une personne. Tout professionnel de la santé peut être thérapeute à partir du moment où il met en place un traitement, un projet de soin. Un psychothérapeute est un terme aujourd’hui réservé aux psychologues et aux psychiatres. C’est un professionnel qui s’appuie sur des théories ou courant de pensée lié à l’activité psychique.

043           L’animal peut être alors un prétexte. Des personnes isolées, qui ne participent pas aux activités de la vie quotidienne de l’établissement, qui sont trop à l’écoute de leurs douleurs personnelles,  qu’elles soient physiques ou psychologiques, vont se retrouver à reprendre plaisir à jouer. L’animal est alors un acteur à part entière du suivi. Sans a priori, sans jugement, sans rancune, il va encourager la personne à interagir avec son environnement. Il est une source de réconfort et de stimulation sensorielle qui ramène la personne à un état d’authenticité. Il calme et favorise le jeu et le rire. Il apporte le plaisir, la spontanéité et une rupture de la routine quotidienne.

      Le zoothérapeute choisit l’animal en fonction de l’évaluation du patient, de la ou les pathologie(s) qu’il présente et des objectifs thérapeutiques qu’il aura établis avec l’équipe. L’animal va donc permettre au zoothérapeute et à l’équipe professionnelle de travailler de manière ludique et détourner autour de la problématique de la personne, que ce soit au niveau d’une toilette difficile, d’une mobilité ou d’une motricité réduite ou encore des fonctions exécutives diminuées.    floutées (7)

            La zoothérapie peut être un point de départ ou un complément à des thérapies plus traditionnelles. Elle s’est montrée très efficace pour différents problèmes concernant: les rapports avec autrui, l’éducation, les troubles de la personnalité, l’attention et la concentration, la dépréciation de soi, la dépression, la délinquance, la violence, la solitude et l’isolement.

                  La zoothérapie se différencie de la zooanimation ou des visites animales par ses connaissances de soin professionnelles, son savoir-faire et ses objectifs de travail .

               Zoo-animation: Le zoo-animateur (qui se nomme souvent zoothérapeute), présente un animal de compagnie à des personnes pour les divertir, les distraire. Il s’agit pour ces personnes de passer un moment convivial et occupationnel en la présence d’animaux.

               Zoo-pédagogie: Le zoo-pédagogue enseigne à une classe d’élèves, des notions informatives sur l’animal ou les animaux qu’il présente (éthologie, biologie, comportement, etc…) Ex.: Ateliers de prévention des morsures de chiens dans les écoles.        floutées (22)

                  Il existe aujourd’hui de nombreuses nouvelles professions qui se développent et qui utilisent la présence de l’animal afin d’amener un cadre sécurisant et authentique pour les personnes accompagnées: les assistants sociaux, les intervenants en groupe de parole… Cependant, ceux-ci n’étant pas toujours réalisé par des professionnels médicaux ou auxiliaires de la médecine et ne posant pas toujours des objectifs de soins, ils ne peuvent être qualifié de zoothérapeute. Ce domaine est en évolution permanente, dans une société où un retour aux sources de la nature semble primordiale pour chacun. A nous tous d’y mettre du sens, de le promouvoir pour le faire reconnaître, le réglementer et offrir aux bénéficiaires le meilleur accompagnement possible.   

 

        

Médiation animale contre Zoothérapie

                L’utilisation d’animaux au sein d’une prise en charge se développant de plus en plus, un débat semble voir le jour autour des termes à employer. Certains préfèreront zoothérapie, d’autres médiation animale (ou encore thérapeutie mais ça, c’est une autre anecdote !). Mais finalement, pourquoi ce débat ?10291224_249888255201493_1399885739817959803_n

 

-          LA MEDIATION ANIMALE

            Le terme de médiation animale semble de plus en plus privilégié par les professionnels. A mon sens, cela est certainement du à la pluridisciplinarité des professionnels exerçant.

10385433_247928825397436_4319077996068977692_n

           On peut définir une médiation comme une pratique qui vise à définir l’intervention d’un tiers pour faciliter une entrée en relation. De nombreux professionnels utilisent des médiations (gym douce, l’eau, la musique, l’art…) pour accompagner des personnes âgées ou des enfants. En utilisant le terme médiation animale, on ne spécifie donc pas un métier mais une pratique. Cela ouvre la possibilité à une grande variété de professionnel de pratiquer la méthode. Ainsi, on trouvera des aides-soignants, des psychomotriciens, des kinésithérapeutes, des psychologues ou encore des animateurs ou des instituteurs.

         La médiation animale n’est donc pas une spécificité de soin, mais plutôt un accompagnement derrière lequel le professionnel peut insérer son identité, qu’elle soit dans la thérapie, la rééducation, la pédagogie ou l’animation.

 

-          LA  ZOOTHERAPIE OU THERAPIE ANIMALE ASSISTEE

     La zoothérapie est pratiqué par un zoothérapeute, un professionnel du soin accompagné d’animaux. Ici, nous avons donc une identité professionnelle, une sorte de spécialité au même titre qu’art-thérapeute ou musicothérapeute.

       Le titre de zoothérapeute n’est ni reconnu, ni protégé en France, d’où les difficultés de se créer une identité autour de ce terme et le développement de pratique sans cohérence réelle entre les professionnels. Cela sous-entend un manque de méthodologie et d’études scientifiques.

10372065_247928275397491_4240519061495284272_n

          Le titre de zoothérapeute induit tout de même une question de soin à travers même sa nomination. D’ordre médical, une thérapie, synonyme de traitement, est un ensemble de mesure appliquées par un professionnel de la santé à une personne vie-à-vie d’une maladie, afin de l’aider à en guérir, de soulager ses symptômes, ou encore d’en prévenir l’apparition.

       La zoothérapie est une méthode non médicamenteuse qui utilise la proximité d’un animal auprès d’une personne souffrant de trouble physique ou psychologique dans le but de lui apporter un bien-être.

 

EN CONCLUSION,10402687_247927932064192_965903448987911766_n

      Chacune des définitions apportent une nuance et indiquent le positionnement du praticien. On entend des deux parties que l’autre emploi sous entend que n’importe qui peut le faire. Il s’agit donc d’une question de reconnaissance et d’un sentiment d’identité dans un métier encore peu reconnu officiellement, malgré l’engouement des médias ou des institutions.

       Peut-être qu’un travail commun et fédérateur permettrait d’apporter une cohérence, de légiférer autour de cette pratique afin de la protéger et de lui donner une reconnaissance afin de soutenir les professionnels et apporter un cadre rassurant pour les établissements et les personnes qui sont accompagnés.