La petite enfance

De toute évidence, il existe une affinité naturelle  entre l’enfant et l’animal. Dès son plus jeune âge, l’enfant est mis en contact avec le monde animal, en commençant par une peluche, qui lui sert souvent d’objet transitionnel, ayant comme fonction de l’aider à vaincre l’anxiété de séparation en l’absence de sa mère. 

ART_1415274013224_Image14152740132211

 

Lorsqu’un animal entre dans la vie de l’enfant, il devient un objet de curiosité qui le détourne de sa relation fusionnelle avec ses parents. L’animal devient un autre objet d’attachement. « Sa chaude fourrure apaise, sa compagnie rassure, comme la présence maternelle autrefois. Tout au long de la vie, d’ailleurs, l’animal demeura ce havre auprès duquel se consoler quand la tristesse ou les frustrations nous pèseront sur le cœur ».

 

L’animal peut alors participer au développement global de l’enfant, tant au niveau moteur qu’au niveau psychique. La médiation animale va accompagner l’enfant dans les différentes étapes de développement : maturation neurologique et développement du tonus, déplacements moteurs, motricité fine, les apprentissages cognitifs, la maturation psycho-affective…