Une Corrézienne soigne les maux par la zoothérapie

1147095Comme ici à l’EHPAD Jalouneix-Bertroff de Bujaleuf, la médiatrice animale, ici avec “Hootchy”, jeune bouvier bernois, “Pépère” le cochon d’Inde et “Tchoupi” le lapin (dans la panière), apporte réconfort et bienfaits. Elle peut intervenir dans tous types de milieux, notamment auprès des enfants.

Photo Thomas Jouhannaud / Le Populaire du Centre – tous droits reserves

Thula et Iris

Iris, fillette de 5 ans, atteinte d’autisme, arrive à s’épanouir malgré le handicap grâce à l’art. Douée pour la peinture, évoluant même dans un courant artistique particulier : l’impressionnisme. Mais ce n’est pas tout, sa meilleure amie est aussi sa première fan, Thula, un chaton de race Maine Coon, aussi adorable qu’attentionnée, l’accompagne dans toutes ses activités du quotidien. 
En réalité, Thula est un chat de thérapie, elle permet à Iris de mieux vivre son handicap, elle réduit ses angoisses et la canalise tout en lui apportant une dose de câlin hebdomadaire.

 

 

Les vétérinaires

Les animaux doivent être soumis à des examens vétérinaires réguliers afin de s’assurer de leur bien-être physique et moral. Il s’agit ici de prévenir différentes maladies dues au stress ou encore transmissibles à l’homme par contact ou morsures. Des mesures de contrôle vétérinaire sont mises en place pour les animaux médiateurs :

IMG_20141109_164836

  • Contrôle de routine : 1 fois par trimestre,
  • Contrôle des immunisations selon le certificat de vaccination, rappel pour les immunisations obligatoires.
  • Contrôles quotidiens : recherche de lésions cutanées, recherche de parasites (puces, tiques, poux, acariens).
  • Traitement contre les puces et les tiques chaque mois,
  • Traitement anti-helminthique deux à quatre fois par an,
  • Recherche de MRSA ou autres pathogènes multi résistants par frottis nasal une à deux fois/an.
  • Soins des griffes pour éviter les griffures,
  • Soins des dents : éviter le tartre.
  • Prévention du risque allergique par un brossage avant chaque séance.

Un certificat sanitaire est établi par le vétérinaire référent avant d’introduire l’animal dans chaque établissement.

20140607_161024L’animal est retiré immédiatement d’un programme lors de l’apparition d’un problème de santé : plaies, lésions cutanées, gingivite, tartres sévère, diarrhées, vomissement, toux, écoulement oculaire et nasal, léthargie, fièvre ou maladie infectieuse.

Eleveur d’oiseaux

 

Depuis 2011, Joël Touguet élève une large diversité d’oiseaux aux becs droits. Il pratique cette activité en amateur très passionné. Il échange (pour éviter la consanguinité) ou vend les jeunes oiseaux en fonction des naissances.
384425084015478
Il est adhérent de l’A.O.P.R. (Amicale ornithologique du Pays de Retz) de Corsept et adhérent du CDE (Club des éleveurs d’oiseaux exotiques) : n° d’éleveur : G 612.
Son site est une mine de renseignements sur des pratiques d’élevage des oiseaux. Il se montre rigoureux et attentif aux besoins de ses oiseaux.

Puppies Behind Bars (Des chiots derrière les barreaux)

 Puppies Behind Bars (PBB) est une association américaine qui crée du lien entre plusieurs instance.

puppies_jail_01                L’association forme les détenus à élever des chiens de service pour les anciens combattants blessés de guerre et les brigades canines de détection d’explosifs. Les chiots entrent en prison à l’âge de huit semaines et vivent avec leurs détenus attitrés pendant environ 24 mois.

 

                Les chiens bien élevés, leurs éleveurs-détenus apprennent ce que cela signifie contribuer à la société. Les programmes de PBB apportent une double thérapie novatrice par les chiens à des centaines de personnes chaque année. Les chiens apportent de l’espoir et de la fierté à leurs éleveurs, et l’indépendance et la sécurité de ceux qu’ils servent.

Puppies Behind Bars

Un documentaire a été tourné afin de suivre leur progression.

 

http://www.puppiesbehindbars.com/home