Carine, zoothérapeute

« A l’origine aide-soignante, j’ai travaillé en institution et à domicile auprès des personnes âgées. Le temps passant, mon travail ne me satisfaisait pas pleinement.

Je me tourne alors vers la zoothérapie suite à une émission des maternelles. C’était pendant ma grossesse et je remettais mon avenir professionnel en question. Et lorsque j’ai vu le reportage, j’ai su que c’était ça que je voulais faire.

20131107_143758bisJe suis donc allée me former à l’Institut de Formation de Zoothérapie, et souhaitant approfondir mes connaissances et mes compétences dans ce domaine, j’ai réalisé un voyage au Québec. J’ai ainsi noué des liens avec les professionnels québécois.

Je crée Danko and Co en 2009. J’interviens auprès d’un public varié, allant de la petite enfance à la personne âgée, et je propose cette médiation innovante, encore peu reconnue qu’est la zoothérapie. »

floutées (3)

Les apports

floutées (6)

L’animal n’est pas un thérapeute. Il est médiateur dans la thérapie proposée par le zoothérapeute donc les objectifs thérapeutiques sont adaptés aux besoins de chacun.

20140218_114758

         Par ses caractéristiques physiques et son comportement, il favorise la stimulation globale des compétences de la personne. La chaleur et la texture de la fourrure, les vocalises, l’entrée en contact est propre à chaque animal : un chat ronronne et se blottit contre les autres, un chinchilla à la douce et épaisse fourrure surprend par originalité et son dynamisme, un cochon d’inde peut avoir le poil court ou long et siffle, l’oiseau coloré s’envole à sa guise et chante au creux de l’oreille … L’animal va rassurer par sa spontanéité et sa sincérité. Il sécurise et permet de communiquer avec les autres, de renouer avec la vie et d’avoir un but.

floutées (29)

         Les sens sont ainsi spontanément sollicités, et la motricité est stimulée et animée par une volonté d’entrée en contact avec l’animal. Des activités spécifiques permettent de stimuler plus précisément les compétences physiques ou cognitives de la personne : des parcours moteurs accompagnés d’un chien ou d’un oiseau, le toilettage du cochon d’Inde ou du lapin, des puzzles aidés par l’oiseau, des échanges de balle avec le chien…

         205 - Copie

          L’animal est un médiateur dont peut s’inspirer un thérapeute, un éducateur ou un professeur pour stimuler les apprentissages ou la réminiscence : associer les pays à l’origine des races ou espèces animales, indiquer l’orthographe des noms, verbaliser autour de souvenirs, de métier exercé en lien avec l’animal…, mais également pour développer la sociabilité : le respect de l’autre, l’empathie, le renforcement de lien affectif, la prise de confiance au sein d’un groupe…

La zoothérapie et la psychomotricité

La zoothérapie et la psychomotricité partage des valeurs et une vision commune de la prise en soin des personnes. Les objectifs de prise en charge peuvent être commun et la médiation animale est une approche par lequel le psychomotricien peut atteindre ses objectifs, au même titre que des médiations telles que les arts plastiques, le jardinage ou la cuisine.

Ainsi la zoothérapie peut amener l’enfant à travailler sur sa posture, son équilibre, sa motricité fine et son tonus, pour ensuite améliorer ses compétences graphiques. La personne âgée va pouvoir faire appel à ses capacités cognitives pour raconter ses expériences avec les animaux, verbaliser ses sensations au contact de l’animal ou interagir verbalement et corporellement avec lui de manière adaptée.

 20140512_112440

Exemple de prise en soin en psychomotricité avec la médiation animale :

Stimulation de la motricité : La personne âgée fait appel à ses compétences cognitives pour construire un parcours psychomoteur : elle devra ainsi se repérer dans l’espace en organisant le parcours avec un début, une succession d’étapes et une fin, elle devra réaliser le parcours en indiquant au chien par où il doit passer ou encore avoir une posture droite afin de maintenir un oiseau sur son épaule ou sur sa tête.

Les origines

     XVIIIe siècle:  Angleterre, première utilisation des animaux à des fins thérapeutiques. William Tuke enseigne aux malades mentaux à prendre soin des petits animaux.

108

         1914-1918: les « Poilus » faisaient lécher leur plaies par des chiens de guerre.

         1942: New York, un hôpital militaire fait appel à des chiens pour remonter le moral des blessés et accélérer leur guérison

 

          1950: Boris LEVINSON, psychologue américain, découvre l’impact de son chien sur un jeune patient autisme.

floutées (10)

En France

         1976: France, Ange Condoret, vétérinaire, entreprit des expériences avec des enfants souffrant de problèmes de langage. Il définit ensuite l’Intervention Animale Modulée Précoce, consistant à favoriser la communication non verbale chez les enfants de maternelle ayant des troubles de la communication en les mettant en contact avec des animaux variés. Il fonda l’AFIRAC (association française d’information et de recherche sur l’animal de compagnie).

20140507_112344Selon Bernard Belin, les recherches de Condoret n’ont pas eu l’écho favorable escompté dans les milieux médico-psycho-pédagogiques français. C’est aux Etats-Unis que ses travaux sur les relations Homme/Animal sont les plus connus et reconnus. A. Condoret est néanmoins considéré comme le pionnier de l’AAT en France.

Nos valeurs

- apporter un cadre sécurisant et épanouissant :

         Le cadre thérapeutique désigne l’ensemble des conditions physiques et psychiques adaptés aux besoins spécifiques de la personne accueillie et permettant un processus soignant. Il est représenté par des repères :

20140204_145845

L’environnement : l’espace où est pratiqué la médiation et où est accueillie la personne doit être constant et défini comme tel.

Le thérapeute : il est garant du cadre et du bon déroulement de la séance.

Les médiateurs : autant l’animal que les jeux proposés doivent être adaptés, attrayants et variés afin de permettre à la personne de les investir et de s’exprimer à travers eux.

Les objectifs thérapeutiques : ils doivent être adaptés et évoluer selon la manière dont la personne se présente.

 

CARINE & DANKO 038- la confiance :

         La relation de confiance est indispensable à l’efficience de la thérapie.Il est important de créer un contexte affectif et relationnel de bonne qualité. Il est important de respecter la position de la personne : il faut savoir prendre le temps d’un travail d’approche qui peut parfois être long.

 

- La bonne humeur et le plaisir :

        En zoothérapie comme en psychomotricité, on fait, on ressent, on vit des expériences concrètes, corporelles, perceptives, sensorielles, ludiques, tactiles, kinesthésiques. Et on joue ! Le plaisir s’inscrit dans toutes nos perspectives, quel que soit le champ d’intervention : thérapeutique, éducatif, ou rééducatif.  Par des expériences ludiques, c’est tout le corps qui s’exprime et qui déploie tout son potentiel au service d’une construction et de l’investissement de son identité personnelle.

Nos animaux

Khi     Les animaux sont au cœur de notre profession, ils sont issus d’un long processus d’éducation et de sélection. C’est pourquoi, pour leur bien être, leur équilibre et le bon accomplissement de leur mission, ils font l’objet d’un suivi très strict. Chaque mois, un vétérinaire effectue pour chacun d’entre eux un bilan et des analyses rigoureuses. Ils sont bien sûr vaccinés, vermifugés et traités contre toutes formes de parasites afin de pouvoir intervenir dans des environnements médicalisés.

20130512_184405-1

Tous les animaux éduqués et dociles sont d’excellents partenaires en zoothérapie de part leur dynamisme, leur bonne humeur, leur facilité d’adaptation et leurs grandes qualités d’écoute et de générosité. Ils incitent les gens à verbaliser et communiquer leurs émotions. Ils savent aussi bien-être un partenaire de jeux, qu’échanger des moments de tendresse.

 

 

         Chaque animal faisant parti de l’équipe Danko and co a une histoire à partager et une identité qui lui est propre. Chaque espèce a ses spécificités et une manière d’entrer en relation qui permet à la médiation de s’adapter à un vaste public.

20140401_122825

L’animal n’est pas un thérapeute mais un médiateur!

C’est un outils thérapeutique qui facilite le contact avec l’intervenant qualifié,

d’où le terme de médiation animale.

Claire, zoothérapeute

« Je suis psychomotricienne diplômée d’état. Au cours de mes différentes expériences, j’ai suivi diverses formations et ai été sensibilisée à différentes pratiques notamment autour de la communication verbale et non verbale et de la méthode montessori.

20140512_112339

J’ai exercé mon métier auprès d’une population variée, allant de la petite enfance à la personne âgée. J’ai pratiqué ponctuellement auprès d‘enfants et adolescents ayant vécu des carences éducatives et affectives ou connaissant des handicaps physiques, cognitifs et/ou sensoriels ou encore des retards ou des troubles des apprentissages, ainsi que des personnes âgées au sein d’un Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD). 

        C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Carine, créatrice de Danko and co. Je l’accompagnais au sein des séances qu’elle proposait au sein de l’établissement. Nous avons constaté notre complémentarité et que nous partagions les mêmes valeurs. 

Actuellement, je mène une activité en libéral et travaille en zoothérapie avec Danko and co